Coq au riesling (version poulet)

Petite, j’ai passé beaucoup de temps à saliver sur le livre de cuisine alsacienne de la famille. J’aimais surtout les photos de desserts, bien sûr. Je revois parfaitement celle des bretzels sucrés par exemple (récemment, à cause du souvenir de ce livre, j’ai bien failli m’acheter un emporte-pièce en forme de bretzel à un tarif dingue !). Mais malgré mon amour du sucré, je me souviens que c’est dans ce livre que j’ai découvert le concept (hautement mystérieux pour moi à l’époque) de coq au riesling. Depuis des années, je voulais en faire ! Et ça y est, j’ai enfin franchi le pas, avec des cuisses de poulet (je sais, c’est probablement dommage, mais on fait avec ce qu’on trouve). Il s’agit vraiment d’une recette simple, ça fait son petit effet quand vous annoncez le menu, et comme beaucoup de bons petits plats mijotés, c’est un très bon plan pour recevoir sans stress ! Ça en fait des bonnes raisons pour adopter ce plat alsacien ! À servir avec des spätzle rapidement poêlées : ce sont des pâtes fraîches alsaciennes qui se trouvent facilement en supermarché !

J’ai regardé pas mal de recettes sur le web, et celle que j’ai prise finalement comme base vient du blog Chic Chic Chocolat.

Temps de travail : 15 minutes – A table dans une petite heure

Ingrédients pour quatre personnes :

  • 4 cuisses de poulet (poulet jaune de préférence)
  • 50 cl de Riesling
  • de l’oignon surgelé (environ 100g)
  • 250g de champignons de Paris
  • thym
  • un peu de farine
  • une cuillerée de sucre en poudre (facultatif)
  • une grosse cuillère à soupe de crème épaisse
  • deux paquets de spätzle fraîches
  • du beurre (salé de préférence)
  1. Faire dorer les cuisses de poulet à la marmite, dans un peu d’huile, à feu fort, puis continuer à les faire dorer en les saupoudrant d’un peu de farine.
  2. Pendant ce temps, laver les champignons, jeter l’extrémité des pieds et émincer les champignons.
  3. Retirer les cuisses de poulet de la marmite, et mettre à la place l’oignon et les champignons, avec un peu de sel.
  4. Dès que les champignons ont un peu réduit, remettre les cuisses de poulet dans la marmite. Ajouter le Riesling, le thym et le sucre en poudre et laisser mijoter 35 minutes à feu doux, à couvert.
  5. Ajouter alors la crème fraîche, et laisser encore mijoter une dizaine de minutes à feu doux, sans couvercle. Pendant ce temps, faire revenir les spätzle dans un peu de beurre salé, à la poêle. Pendant que vous surveillez les deux préparations, si vous vous ennuyez, vous pouvez essayer de repêcherl’excès de gras jaune qui flotte dans la sauce des cuisses de poulet, pour le jeter… Saler, poivrer et servir très chaud. Bon appétit !

2 réflexions sur “Coq au riesling (version poulet)

    1. J’assume 😀 C’est un des partis pris de mon blog de proposer des recettes faciles et rapides sans ingrédients introuvables… Et le poulet a aussi l’avantage qu’on n’est pas obligé de servir ce plat uniquement à une grande tablée : je n’ai que deux bouches à nourrir… Bien sûr, j’attends avec impatience l’occasion de tester cette recette avec du coq, quand j’en trouverai. Mais à trop vouloir respecter la tradition en refusant a priori toute modification de la « vraie recette », on court le risque de voir des plats délicieux comme celui-ci disparaître des assiettes, devenir des pièces de musée… Et ce serait dommage !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *