Gratin de courgettes façon tartiflette (une tuerie facile et rapide pour les amateurs de fromage fondu !)

Cette recette me fait tourner la tête. A moi, alors qu’elle est laaargement basée sur des courgettes. Des légumes, donc. De couleur verte, même. Oui, des légumes… mais avec la dose de reblochon ! Je pensais inventer une recette de légumes sympathique, en tentant cette union contre nature après avoir remangé récemment de la tartiflette (merci Aurel et Elo !). Mais en fait, c’est même meilleur qu’avec des pommes de terre : incroyable, on sent encore mieux le goût du reblochon !!! La courgette s’aplatit gentiment devant lui. Les lardons font la danse de la victoire. La crème a tellement goût à reblochon que vous ferez exprès d’en mettre trop, comme moi, pour pouvoir saucer plus longuement le plat, une fois le gratin terminé. Depuis que j’ai inventé cette recette, le reblochon est devenu mon obsession. Avant je ne savais même pas que c’était si bon (#laraclettedesleberceau). C’est juste un régal, vous n’avez (preeeeesque) pas mauvaise conscience à la fin, et vous digérez ça comme un rien. Allez, aux fourneaux : l’hiver va passer plus vite que prévu !

Temps de travail : 10 minutes – A table dans 40 minutes

Ingrédients pour deux personnes :

  • une courgette et demie (bio de préférence, pour laisser la peau)
  • un demi-reblochon de petite taille
  • 10cl de crème épaisse (allégée en ce qui me concerne)
  • une petite barquette de lardons fumés
  • sel, poivre, ail déshydraté (facultatif)
  • oignons surgelés en petits cubes (facultatif)
Lire la suite

Idées de tartines chaudes autour du magret fumé : à l’huile de truffe, au chèvre, en sucré-salé avec de la poire et des noix… (facile, express et chic)

Voici une idée… ou plutôt toute une déclinaison d’idées variées pour une entrée chic et festive, mais qui peuvent aussi trouver leur place dans un petit dîner gourmand ! La plupart de ces petites tartines chaudes, passées dix minutes au four, contiennent du magret fumé, mais pas toutes. J’ai testé de nombreuses combinaisons et voici celles qui ont passé le test : huile de truffe + magret + chèvre, avec éventuellement un cerneau de noix et une touche de poivre ; huile de truffe + magret + poire + noix pour une version sans fromage ; huile de truffe + poire + noix avec un peu de poivre, pour une version sans viande ni fromage ; huile d’olive, magret + chèvre + herbes de Provence, pour une version plus classique qui passe aussi très bien avec du jambon cru à la place du magret, ou même sans viande… Un petit régal, des associations de saveur intéressantes, bref, de quoi émoustiller les papilles de vos convives et susciter leur envie urgente de tester toutes les variantes que vous choisirez de proposer ! Les fêtes de fin d’année m’ont inspiré ce post, mais elles se prêtent à toutes sortes d’occasions et peuvent aussi être une bonne idée très simple à réaliser pour un dîner romantique réussi ! L’utilisation d’huile (plutôt que de choses à tartiner laborieusement) et de poires au sirop rend la confection de ces toasts rapide même si, bien sûr, tout dépend de la quantité de toasts que vous faites.

Je dédie cette photo à Julia, qui m’a gâtée pour Noël ! 😉

Temps de travail : 20 minutes – A table dans une demi-heure

Lire la suite

Poulet pané aux corn flakes (au four)

Depuis que j’ai mis au point ma variante au four de veau pané (et sa cousine, le porc pané), nous en mangeons beaucoup plus souvent, y compris les midis de télétravail d’ailleurs… Et c’est un régal dont on ne se lasse pas ! Alors j’ai cherché à créer une nouvelle variante, histoire que le poulet soit lui aussi de la fête de la panure paresseuse. Pour changer, je vous propose de remplacer la chapelure par des corn flakes émiettés, le résultat est bien agréable ! Vous pouvez écraser des corn flakes en pleine forme ou, mieux, utiliser cette recette pour écouler la fin du paquet déjà en miettes.

Le poulet pané se prête très bien à la cuisson au four, clairement. De fait, les blancs de poulet au four cuits nature sont très moelleux, beaucoup moins secs qu’à la poêle, mais ont le problème d’être tout pâlichons, pas du tout grillés… Ce problème est réglé par la panure : vous obtenez à la fois une croûte savoureuse et un cœur fondant, le tout sans effort ni surveillance ! Un mode de cuisson parfait pour la paresse, et bien commode aussi pour cuire de grandes quantités d’un coup ! Si vous n’aimez pas les corn flakes ou n’en avez pas, vous pouvez les remplacer par de la chapelure classique, agrémentée d’oignons déshydratés pour plus de gourmandise (au rayon des épices).

Temps de travail : 10 minutes – A table dans une demi-heure

Ingrédients :

  • des blancs de poulet (ou des aiguilettes)
  • un œuf
  • des corn flakes
  1. Préchauffer le four à 210°. Commencer par préparer votre chaîne de travail : mettre d’un côté le poulet, puis deux assiettes (une pour l’œuf, une pour les corn flakes), puis un plat antiadhésif pour le four (suffisamment grand pour vos escalopes de veau).
  2. Dans l’assiette à côté du plat pour le four, mettre les corn flakes en miettes (si vous devez les mettre en miettes, vous pouvez les glisser dans un sac congélation fermé et de leur taper dessus au rouleau à pâtisserie). Dans le plat antiadhésif pour le four , verser un généreux filet d’huile d’olive. Dans l’autre assiette,  mettre un peu de sel et de poivre, casser l’œuf et le battre à la fourchette en inclinant un peu l’assiette. Remarque : je fais exprès de tout préparer dans cet ordre, avant de me salir les mains en cassant l’œuf puis en panant la viande !
  3. Passer méticuleusement la viande dans l’œuf sous toutes les coutures puis dans les miettes de corn flakes, pour qu’elle soit bien recouverte. Déposer le tout au fur et à mesure dans le plat pour le four. Ajouter un filet d’huile d’olive sur le dessus.
  4. Enfourner pour 15 minutes à 210°. Si vous êtes moins paresseux que moi, ou plus perfectionnistes, vous pouvez les retourner à mi-cuisson, mais ce n’est pas nécessaire !