Délicieux cookies (en 2 formats) pour fêter les 4 ans de mon blog (ou alors son premier anniversaire !)

Aujourd’hui, mon blog a quatre ans, mais c’est son premier « vrai » anniversaire !!! Eh oui, j’avais posté ma première recette le 29 février 2016, sans même me rendre compte de la chose avant d’essayer de fêter sa première bougie… J’avais ouvert le feu avec une recette salée, ma – délicieuse ! – tatin de poivrons ultra paresseuse, mais pour fêter ce premier vrai anniversaire, j’ai décidé de vous faire part d’une recette sucrée. Attention, pas n’importe laquelle : la première recette de cookies sur ce blog… Et elle vaut le détour, cette recette !

J’adoooore les cookies. J’ai trouvé mon cookie idéal dans le commerce, mais je manque de mots pour le décrire, et … je n’ai jamais réussi à réaliser des cookies qui ressemblent à celui-là, de près ou de loin. Avec une texture formidable, chewy et non pas croustillante, un petit goût de sel, de grosses pépites de chocolat noir délicieuses qui viennent agrémenter une pâte à cookie qui pourrait très bien se passer de pépites tant elle est savoureuse, et qui suinte visiblement le gras… Le bonheur sucré à l’état pur, avec une texture renversante et absolument indescriptible. S’il n’y a encore aucune recette de cookies sur ce blog, c’est pas faute d’en avoir testé, des recettes ! Il y a celles qui feraient mieux de s’intituler « sablés » (le résultat est pas mauvais mais je me sens arnaquée), celles qui donnent des biscuits avec une texture de gâteau bien miémietteux (l’arnaque, si je veux des cookies c’est pas pour manger du cake format cookie !)… À un moment donné, je me suis dit qu’il fallait que je me prenne en main, et que je m’attelle sérieusement à la Quête du Cookie Parfait. Alors j’ai fait beeeeeaaaaaucoup de recherches sur Internet, en anglais ! Il faut dire que les Américains sont nombreux à prendre la Quête du Cookie Parfait aussi sérieusement que moi, et qu’en plus la langue de Shakespeare regorge de mots pour qualifier la texture des cookies (chewy, notamment !). J’ai trouvé une recette qui avait l’air d’être en phase avec mes rêves cookiesques les plus fous, je l’ai testée, adorée, perfectionnée, fait acclamer par la foule en délire constituée de mes parents, amis et connaissances lointaines… Et je vous la livre en ce grand jour.

Par contre, ces cookies n’ont rien à voir en termes de texture avec le cookie du commerce dont je raffole… Mais ils sont irrésistibles quand même. La preuve : même les gens qui pensent que les cookies c’est par leur truc adorent… Toutefois, la Quête continue ! Prochaine recette de cookies dans quatre ans ?

Lire la suite

Far breton aux pruneaux

Voici une recette de gâteau vraiment très bon et on ne peut plus paresseux, qui ne prend même pas dix minutes. Seule contrainte pour les puristes, le réaliser la veille pour qu’il ait le temps de raffermir… J’ai nommé le far breton aux pruneaux ! Pour moi, de quoi me remémorer les vacances d’été et leurs petits plaisirs… Je tiens cette recette d’une Bretonne de la région de Quiberon, qui la tient elle-même de son grand-père, qui était boulanger !

Temps de travail : 10 minutes – À réaliser la veille

Lire la suite

Le foie gras maison facile et parfait (accrochez-vous bien !)

Ah, le foie gras maison ! J’ai mis du temps à me lancer… Et pourtant c’est vraiment délicieux, économique et paresseux, surtout si vous l’achetez déjà déveiné et dénervé (ce qui est le cas, par exemple, si vous l’achetez chez Picard). Le tout est d’avoir une terrine dans laquelle faire cuire le foie gras, et ensuite il suffit de posséder la bonne recette pour maîtriser l’assaisonnement et la cuisson du foie gras… C’est là que Régal de Paresse intervient 🙂 Et si, cette année, vous vous lanciez vous aussi ?

J’ai repris la délicieuse recette de Marie (merci Marie, j’adore ton foie gras !), en m’inspirant aussi de celle de Picard. Grâce à la recette de Marie, on obtient une cuisson douce, facile et inratable, pour un foie gras mi-cuit à la perfection. J’ai bien détaillé la recette pour que vous soyez sûrs de votre coup, mais c’est vraiment très facile à faire. Franchement, avec ce foie gras tout le monde va vous idolâtrer !

Temps de travail : 10 minutes – S’y prendre quelques jours à l’avance Lire la suite

Côtes de porc panées au four ultra faciles

J’adore les escalopes de veau panées, le porc pané… Mais quand vient le moment de salir trente-six assiettes puis de rester devant la poêle à surveiller pour obtenir le bon équilibre entre « pâlichon » et « brûlé », je me dégonfle ! Il était temps que je m’attaque à ce problème dans une perspective Régal de paresse… Voici donc des côtes de porc panées au four. Pas besoin de trois tonnes d’huile, pas besoin de farine, elles cuisent sans surveillance, et c’est délicieux ! En plus, avec cette façon de procéder vous pouvez facilement faire cuire un plus grand nombre de côtes de porc en même temps. Pas mal, non ? En plus, ces côtes de porc panées sont délicieuses froides aussi, pratique pour une lunchbox gourmande !

Temps de travail : 5 minutes – À table dans 35 minutes Lire la suite

Gâteau ultra moelleux au Grand Marnier

Dans mon entourage, j’ai plusieurs personnes qui adorent l’orange. Il était donc grand temps que Régal de Paresse s’attelle à la mise au point d’une recette de gâteau à l’orange qui soit vraiment du gâteau, mais qui allie une délicieuse texture et une saveur bien parfumée. Pas facile facile, je suis difficile avec les gâteaux simples ; les cakes et autres quatre quarts et moelleux tout bêtes trouvent rarement grâce à mes yeux de blogueuse. Eh bien c’est chose faite, ce gâteau au yaourt ultra amélioré est un vrai régal, avec une texture vraiment fameuse ! Avec cette recette (inspirée de celle-ci), même pas besoin de vous embêter à presser et à zester des oranges… Mais vos convives n’y verront que du feu ! Le Grand Marnier donne du caractère à ce gâteau, sans compter que cela fait toujours son effet d’annoncer à ses invités un gâteau au Grand Marnier. Une recette à garder sous le coude pour recevoir sans fatigue ! Pour ne rien gâcher, ce gâteau est très bon le lendemain et le surlendemain. Que des avantages !
Pour faire joli sur les photos, et pour changer des gâteaux ronds, j’ai utilisé un moule à kugelhopf (le moule n’était pas rempli complètement, donc cela revient à utiliser un moule en couronne). Vous n’êtes pas obligés de faire comme moi !

Temps de travail : 15 minutes – À table dans au moins 45 minutes Lire la suite

Œufs cocottes au roquefort et au thym

Les œufs cocottes… Dans le genre ultra paresseux, rapide et gourmand, ça se pose un peu là, alors il était grand temps que je m’y mette vu que je n’avais jamais essayé de ma vie ! Il s’agit de faire cuire ses œufs au four avec de la crème et du fromage, dans des ramequins, pour un résultat bien réconfortant… Le blanc est pris, le jaune fondant, et le fromage décadent ! Nous avons dégusté ces œufs cocottes avec des mouillettes de pain aux noix fait maison sans pétrissage (la grande découverte paresseuse dont je ne me lasse pas – recette de cette variante bientôt), c’était un régal. Pour une version plus légère, vous pouvez manger l’œuf cocotte à la cuillère ou tremper dedans des bâtonnets de courgette crue, c’est bon et original ! Ça fait une entrée ou un plat du soir sympa, avec de la salade verte en accompagnement ; et pour en faire un plat de résistance plus consistant, pourquoi ne pas manger deux œufs chacun ?  Lire la suite

Pain d’épices alsacien de Noël

A cause de mes origines alsaciennes, j’ai toujours été fascinée par leurs pains d’épices traditionnels de la Saint Nicolas ! Vous savez, des pains d’épices plats comme des biscuits, en forme de Saint Nicolas, de bonhomme ou de ce que vous voulez, souvent joliment décorés… Et un beau jour, je me suis décidée à en faire, après avoir trouvé l’assortiment d’épices à pain d’épices qu’il me manquait (celui que j’ai utilisé pour mon magret de canard aux griottes et épices de Noël !). Je voulais une recette bien fat, pour que mon pain d’épices ne soit pas sec (traduire = je n’ai pas peur d’y mettre des œufs et du beurre même si ce n’est pas strictement traditionnel), et surtout paresseuse : pour cette recette que j’ai dénichée, pas besoin de sortir le rouleau à pâtisserie, de laisser la pâte reposer toute la nuit ni de passer des heures à découper des formes à l’emporte-pièce ! La pâte s’étale à la spatule dans une grande plaque à pâtisserie, que vous découpez en petits rectangles après cuisson. Le résultat, un petit délice facile et rapide à préparer en grandes quantités : vous pouvez l’offrir, en régaler un régiment ou encore faire durer le plaisir, car il se conserve bien dans une boîte métallique ! Recette validée par des Alsaciens et des Lorrains authentiques, le goût et la texture sont vraiment sympas 😉

Pour parfaire le look traditionnel alsacien, j’ai fait un glaçage au sucre glace, mais ce n’est pas obligatoire, d’autant que le glaçage n’est pas particulièrement paresseux, contrairement à la recette du pain d’épice lui-même (on en met forcément un peu partout et ensuite il faut nettoyer la table de tout ce sucre collant…). Cela dit, j’aime bien avec le glaçage parce que cela apporte un peu de croquant ! Mais son aspect est moins joli au-delà de quelques jours. Lire la suite

Biscuits apéritifs à l’oignon et à la crème

Depuis longtemps, j’avais envie d’une recette de biscuits apéritifs… Mais il fallait que ce soit une recette franchement paresseuse (pas facile dès lors qu’il s’agit de faire des biscuits), nettement meilleure que ce qu’on trouve dans le commerce, et de préférence un peu originale… C’est chose faite avec cette recette de biscuits apéritifs que je trouve vraiment très sympa, avec un bon goût d’oignon un peu sucré, une texture friable de biscuit sablé… Et en plus, ils sont assez diététiques !  Lire la suite

Coq au riesling (version poulet)

Petite, j’ai passé beaucoup de temps à saliver sur le livre de cuisine alsacienne de la famille. J’aimais surtout les photos de desserts, bien sûr. Je revois parfaitement celle des bretzels sucrés par exemple (récemment, à cause du souvenir de ce livre, j’ai bien failli m’acheter un emporte-pièce en forme de bretzel à un tarif dingue !). Mais malgré mon amour du sucré, je me souviens que c’est dans ce livre que j’ai découvert le concept (hautement mystérieux pour moi à l’époque) de coq au riesling. Depuis des années, je voulais en faire ! Et ça y est, j’ai enfin franchi le pas, avec des cuisses de poulet (je sais, c’est probablement dommage, mais on fait avec ce qu’on trouve). Il s’agit vraiment d’une recette simple, ça fait son petit effet quand vous annoncez le menu, et comme beaucoup de bons petits plats mijotés, c’est un très bon plan pour recevoir sans stress ! Ça en fait des bonnes raisons pour adopter ce plat alsacien ! À servir avec des spätzle rapidement poêlées : ce sont des pâtes fraîches alsaciennes qui se trouvent facilement en supermarché ! Lire la suite

Sapin feuilleté à la tapenade

DSC08968 r.JPG

Si vous rêvez d’une recette mignonne pour Noël, la voici : un sapin feuilleté à la tapenade, pour un apéritif à croquer ! Il s’agit d’une variante du soleil feuilleté, que je vous avais proposé en version au pesto et au jambon cru ; les convives sont invités à prendre des branches de sapin avec les doigts. C’est très simple à faire, il faut juste un peu de temps pour réaliser les branches de sapin. Je suis dingue de l’association de la pâte feuilletée avec la tapenade, c’est tellement savoureux ! Les recettes à base de pâte feuilletée ont vite fait d’être fades, mais avec de la tapenade vous êtes sûr de faire un tabac : une recette aussi belle que bonne !

Temps de travail : maximum 30 minutes, moins si vous l’avez déjà fait – À table dans une heure Lire la suite